La musculature d’un chimpanzé qui a perdu ces poils :

 

Même s’ils sont un peu plus petits et qu’ils partagent 99 % de notre génétique, les chimpanzés disposent d’une force exceptionnelle comparée à la nôtre. Cette différence pourrait être comme de comparer l’original à la restauration de cette toile (ci-contre)… tout se joue dans la finesse.

 

Nos muscles ne sont pas tellement différents de ceux du chimpanzé, mais nous avons beaucoup plus de nerfs qui les alimentent. Cela signifie que nous pouvons exercer un contrôle moteur beaucoup plus fin et fléchir les muscles via de nombreux incréments. Notre système de commande moteur limite aussi l’amplitude avec laquelle nous pouvons fléchir nos muscles afin de protéger notre contrôle de la motricité fine. Un chimpanzé ne dispose pas d’une telle sauvegarde.

Par exemple, disons que vous rencontrez un ami chimpanzé dans un bar et que celui-ci vous défie au bras de fer. Alors que vous prenez place et que vous faites monter la tension dans votre bras, il faut savoir que le positionnement affiné et la lente et régulière montée de la force musculaire que vous exercez sont dus à la grande quantité de matière grise que vous possédez dans votre moelle épinière; les cellules nerveuses de neurone moteur qui sont reliées aux fibres musculaires et qui régulent le mouvement des muscles. L’énorme excédant de neurones moteurs que vous possédez, vous permet d’engager de petites portions de vos muscles à un moment donné. Un chimpanzé, par comparaison, a beaucoup moins de neurones moteurs, donc, chaque neurone déclenche un plus grand nombre de fibres musculaires, ce qui entraine une plus grande proportion de muscles activés.

Cette incrémentation progressive de la force vous permet de tendre vos muscles pendant une plus longue période. C’est ce contrôle de la motricité fine qui vous permet d’effectuer des tâches délicates, comme de jouer aux jeux vidéo ou de tricoter (…), des activités qui nécessitent d’exercer un contrôle précis de la force exercée.

Les chimpanzés disposent aussi de fibres musculaires plus longues (qui peuvent exercer plus de force) et ils ont été façonnés par l’évolution pour maximiser la force. Pour un chimpanzé, avec moins de terminaisons nerveuses reliées à ses longs muscles, c’est un réflexe extrême du tout ou rien.

Pour conclure avec le défi du bras de fer, il vaut mieux rester chez soi pour jouer à la console, plutôt que de fréquenter les bars pour finir par croire que l’on fait un bras de fer avec un chimpanzé qui fait 4 fois votre force !

Et si vous deviez en venir aux mains contre un chimpanzé, selon certains biologistes, ce serait comme de se battre contre un haltérophile olympique de 130 kg avec les réflexes d’un gardien de but, dont l’objectif principal est de soustraire votre visage de votre crâne. Restons amis…

A partir du Scientific American : Why Are Chimps Stronger Than Humans? – Instant Egghead et de l’étude publiée sur Current Anthropology : The Strength of Great Apes and the Speed of Humans.

.