Il existe plusieurs espèces d'écureuils volants, qui sont classés en 2 groupes distincts :

- Les Pteromyinae ou "vrais écureuils volants", de la même famille que les écureuils normaux : les Sciuridés.

- Les Anomaluridae, qui ne se rencontrent que dans les forêts d'Afrique. Parmi ceux-ci se trouve l'écureuil de Derby ou Anomalurus derbianus.

 

L'écureuil volant est un petit rongeur d'apparence proche de l'écureuil classique. Il n'a pas d'ailes et ne vole pas au sens propre du terme : il ne peut pas s'élever dans les airs comme un oiseau. Mais il possède une grande membrane de peau, attachée à ses chevilles et ses poignets, à peine visible lorsqu'il est au repos, qui peut s'étendre de façon à former une surface semblable à un parachute. Elle s'appelle le patagium.

 

Ecureuil volant dans la forêt à Conkouati

Lorsque l'écureuil volant est au repos, la membrane de peau supplémentaire dont il est équipé, le patagium, est à peine visible.

 

Pour passer d'un arbre à un autre, l'écureuil s'élance dans le vide et acquiert une grande vitesse en plongeant vers le sol.

Il écarte ensuite ses quatre pattes en grand pour former une surface de vol carrée,

ce qui lui permet de planer jusqu'à sa destination.

 

L'écureuil peut changer de direction en se penchant d'un côté ou de l'autre et en levant ou baissant le poignet pour régler la tension du patagium. Sa queue plate lui permet de se stabiliser en vol, un peu comme la queue d'un cerf-volant permet à celui-ci de rester droit. Lorsqu'il est sur le point d'atterrir, l'écureuil relève la queue et redresse le corps. Cela lui permet de ralentir le temps de placer ses pattes pour s'agripper au tronc d'arbre visé. Ce mouvement de la queue est semblable à celui du gouvernail de profondeur d'un avion : il fait en sorte que le corps de l'écureuil se redresse et offre ainsi une meilleure portance et une plus grande résistance à l'air, ce qui ralentit l'écureuil en vue de l'atterrissage. C'est ce même mouvement qu'emploient les avions, les planeurs ainsi que les parachutistes utilisant un parachute à aile moderne. Les principaux facteurs qui déterminent la distance sur laquelle l'écureuil volant pourra planer sont l'altitude de décollage et l'angle de plané choisis par l'écureuil. S'ils décollent d'une hauteur suffisamment élevée, la plupart des écureuils volants peuvent planer sur au moins 50 m. L'écureuil volant géant d'Asie est capable de planer sur une distance de 457 m ! En supposant que l'air soit relativement calme, l'écureuil a un angle de plané optimal, à savoir l'angle le plus faible. Il peut modifier cet angle en changeant la forme de son corps : la forme la plus aérodynamique donnera l'angle de plané le plus efficace. Un vent contraire accélérera la descente de l'écureuil vers le sol, tandis qu'un vent arrière allongera la distance du vol plané. Dans les deux cas, l'angle de descente à travers la masse d'air est le même. Les courants atmosphériques ascendants ou descendants jouent également sur la longueur et l'angle du vol plané.

 

 

Comme l'écureuil volant, le parachutiste plane d'un point élevé à un point plus bas (le sol).

Autrefois arrondis, les parachutes sont le plus souvent rectangulaires de nos jours. Ils sont ainsi plus faciles à diriger.

Le parachute emprisonne l'air sous son aile, ce qui permet à son utilisateur de flotter jusqu'au sol.

 

La combinaison à ailes (ou wingsuit) permet au parachutiste de reproduire encore plus fidèlement la technique de vol plané de l'écureuil volant.

Il s'agit d'une combinaison de saut intégrale en nylon tissé serré, dotée de pièces de tissu entre les bras et le torse et entre les jambes.

De la même façon que le patagium d'un écureuil volant, la combinaison à ailes transforme le corps humain en surface portante

qui fournit une force de réaction ou portance par rapport à l'air environnant lorsque le corps est en mouvement.

Elle permet ainsi au sportif d'effectuer des manœuvres tout en ralentissant sa chute.

Photo : http://www.meltyxtrem.fr

 

Arboricole, l'écureuil volant fréquente les frondaisons des forêts où il se déplace d'arbre en arbre. En évoluant ainsi à distance du sol, il échappe aux prédateurs terrestres. Mais il reste sous la menace des oiseaux de proie et notamment des rapaces nocturnes puisque c'est la nuit qu'il se met en quête de nourriture. Ses grands yeux lui permettent de bien voir dans l'obscurité. Il a une excellente acuité auditive et des longues moustaches sensibles. Il passe la journée à dormir dans le creux d'un arbre. Il peut émettre des cris divers : il piaille en cours de vol et pousse de petits cris aigus quand il se sent menacé.

Les Anomaluridae sont des végétariens, se nourissant de fruits, d'écorce, de fleurs, et parfois d'insectes.

Environ 40 jours après l'accouplement, la femelle donne naissance à une portée de 2 à 6 petits dans un nid aménagé au creux d'un arbre, aveugles et sans poils, d'une dizaine de grammes à la naissance. Dès leur sevrage, vers l'âge de 2 mois, les petits ont déjà commencé à s'initier au vol avec leur mère.

 

 

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org

http://lunivers-des-animaux.e-monsite.com/

http://www.planetseed.com/

 

.