Pintades à Conkouati au sanctuaire

 

Si ces volatiles que vous croisez à Conkouati sur le site du sanctuaire aux abords de la cuisine, dans les plantations et autour des bungalows, font bien partie des pintades domestiques, Numida meleagris, la principale pintade "domestique" est en effet issue de la pintade  vulturine (Acryllium vulturinum) "sauvage" en Afrique, vivant sur la majeure partie du continent au sud du Sahara.

 

pintade vulturine

 

 

     Jolie, n'est-ce pas ?

 

 

 

 

 

 

Faraona (ce nom italien de la pintade désigne la vallée du Nil comme la patrie d'origine de cet oiseau), guinea-fowl (ce nom anglais, les côtes de Guinée), oiseau nègre (symbole de la lutte contre l'esclavage), poule aux mille perles (oiseau porte-bonheur, à l'image des perles précieuses représentées sur sa robe), on trouve de très nombreux noms à cet oiseau connu et exploité par l'homme depuis toujours au cours des millénaires et qui fut une ressource alimentaire importante de certains pays africains, avec notamment leurs pontes abondantes.

 

 

Appelée «poule de Numidie» chez les Romains, «poule de Turquie» à la chute de l’Empire byzantin, «poule du Pharaon» ou «poule d’Inde» au XVe siècle, elle devint «pintada» en Espagne (« [oiseau] peint » ou « fardé ») un siècle plus tard, un nom donné en raison des deux barbillons rouges entourant son bec.

 

 

Aristote lui donne le nom de «Méléagris». En effet, la Pintade était le résultat de la métamorphose des sœurs de Méléagre en oiseaux. Selon la légende, Artémis, déesse de la chasse, aurait changé ses sœurs en Pintades après la mort de leur frère Méléagre, roi de Calydon, pour alléger leur peine...

En dépit de ses efforts, leurs pleurs incessants laissèrent de petites tâches blanches sur le plumage gris…

 

skypos meleagrides

 

Skyphos à figures noires, 480 avant notre ère. Trouvé en Sicile. Musée de Palerme.

Quatre pintades "Méléagrides" noires pointillées de blanc.

http://lamblard.typepad.com/weblog/2006/07/pintade_et_myth.html

 

 

 

 

 

 

 

sarcophage meleagre

 

 

 

Autour de Méléagre mourant, ses sœurs se lamentent.

Détail d'un sarcophage d'époque romaine.

http://lamblard.typepad.com/weblog/2006/07/pintade_et_myth.html

 

 

Elle fut introduite par les grands navigateurs  au XVe siècle en France, premier pays à sélectionner les pintades en vue de les élever pour leur chair,

et premier producteur mondial avec ses régions d'élevage (méléagriculture) des Pays de Loire, du grand Sud-ouest, de Rhône-Alpes et de la région Centre.

 

Oiseau gallinacé terrestre de taille moyenne, capable de voler mais essentiellement coureur, il possède une petite tête avec une crête cornée (casque) et des barbillons violets, avec de larges zones de peau nue sur la tête et le cou, un plumage gris-bleuâtre ou noir souvent semé de taches blanches plus ou moins arrondies , des ailes courtes et rondes ainsi qu'une queue brève et pendante.

 

Pintade et ses pintadeaux au sanctuaire

 

Mais pourquoi tant de pintades au sanctuaire me direz-vous ?

Introduites en fait au départ dans un but alimentaire, il fut vite hors de question pour Aliette d'en sacrifier une seule.

Et à Conkouati, les pintades, au même titre que les chimpanzés, sont maintenant des animaux protégés !

 

Omnivore, la pintade se nourrit de verdure, de baies, de graines, d'insectes et de petits invertébrés.

 

Elle pond 6 à 20 œufs dans un nid qu'elle bâtit généralement sous un buisson, dans les hautes herbes ou dans tout endroit suffisamment dissimulé par la végétation, cavité qu'elle aménage en grattant et garnit sommairement de quelques feuilles. Elle couve seule. L'éclosion a lieu après 23 à 24 jours d'incubation. Les deux parents participent à l'élevage des pintadeaux qui se nourrissent seuls dès la naissance.

 

Pintadeaux au sanctuaire

 

Connaissez-vous le cri de la pintade ?

 

cri pintade

 

 

 

 

          La pintade cacabe

          ou criaille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est la bossue de ma cour. Elle ne rêve que plaies à cause de sa bosse.
Les poules ne lui disent rien : brusquement, elle se précipite et les harcèle.
Puis elle baisse sa tête, penche le corps, et, de toute la vitesse de ses pattes maigres, elle court frapper, de son bec dur, juste au centre de la roue d’une dinde.
Cette poseuse l’agaçait.
Ainsi, la tête bleuie, ses barbillons à vif, cocardière, elle rage du matin au soir. Elle se bat sans motif, peut être parce qu’elle s’imagine toujours qu’on se moque de sa taille, de son crâne chauve et de sa queue basse.
Et elle ne cesse de jeter un cri discordant qui perce l’air comme une pointe.
Parfois elle quitte la cour et disparaît. Elle laisse aux volailles pacifiques un moment de répit. Mais elle revient plus turbulente et plus criarde. Et, frénétique, elle se vautre par terre.
Qu’a-t-elle donc ?
La sournoise fait une farce.
Elle est allée pondre son œuf à la campagne.
Je peux le chercher si ça m’amuse.
Elle se roule dans la poussière, comme une bossue.

La Pintade - Histoires naturelles - Jules renard.

 

.