Quel est donc ce mystérieux animal qui hante la forêt inondée de la grande cuvette congolaise ?

 

Rencontre du quatrième type

En 1766 l'abbé Lievan Bonaventure Proyarte relate dans son ouvrage Histoire de Loango, Kakonga et autres royaumes d'Afrique l'étrange découverte d'un groupe de missionnaires au Congo :

"Il doit être monstrueux. Les empreintes de ses griffes que l'on a vues par terre ont laissé des traces d'une circonférence d'environ trois pieds. En observant chacune des empreintes et leur disposition, ils ont conclu qu'il n'avait pas couru dans cette partie du chemin, malgré la distance de sept ou huit pieds qui séparait chacune des empreintes".

En 1913, le capitaine Freiherr von Stein zu Lausnitz participe à une expédition dans le Cameroun allemand de l'époque (aujourd'hui nord du Congo-Brazzaville). Il entend parler d'une étrange créature appelée Mokélé-mbembé par les indigènes :

"L'animal aurait la peau lisse et de couleur gris-brun. Sa taille serait à peu près celle de l'éléphant, celle au moins de l'hippopotame en tout cas (...) Les pirogues qui s'approchent de la bête seraient attaquées sur-le-champ et renversées, et les occupants en seraient tués, mais non dévorés. La créature doit se retirer de préférence au sein des cavernes creusées sous la surface de l'eau, dans les berges argileuses (...) La plante favorite de la bête serait une sorte de liane riveraine à grandes fleurs blanches, qui sécrète un latex capable de fournir du caoutchouc et donne des fruits ressemblant à des pommes (...) "

En 1979, l’herpétologiste James Powell et le biologiste Roy P. Mackal de l'Université de Chicago se rendent en République démocratique du Congo pour rechercher une créature inconnue dans la région de Likouala. Sur la rivière Oubangui, ils rencontrent le révérend Eugene Thomas, un missionnaire ayant entendu parler du Mokélé-mbembé :

"Les témoins décrivent l'animal avec une tête de serpent, une longue queue fine, de courtes pattes munies de trois griffes (...)"

Mackal est retourné au Congo en 1981 accompagné d'une plus grosse équipe. Mackal rapporte avoir vu une créature plonger bruyamment, produisant un énorme sillage et une grande vague qui manqua de renverser sa pirogue près du lac Télé. La même année, l'ingénieur Herman Regusters a mené sa propre expédition en compagnie de son épouse pour atteindre le lac. Regusters a photographié une créature émergeant de l'eau à environ 30 pieds de leur radeau pneumatique.

L'extraordinaire site du lac Télé, provenant certainement de l'impact d'une météorite voici 60 millions d'années (Photographie Yann Arthus_Bertrand)

Depuis, de nombreux témoignages ont circulé à propos de la créature, provenant d'indigènes mais également d'explorateurs, de pasteurs et de scientifiques. Généralement, les autochtones désignent des images de brontosaure ou de diplodocus dans les livres d'Histoire naturelle comme étant des représentations du Mokélé-mbembé.

Habitat

La créature vivrait dans les lacs et les points d'eau profonde de la République du Congo, dans la région des marais de la Likouala. Il aurait été notamment aperçu dans le lac Télé.

Régime alimentaire

D'après les Pygmées de la région des marais de la Likouala, il se nourrit principalement des fruits d'une plante locale, le malombo. Il serait donc herbivore, mais certains témoins prétendent qu'il tuerait des hommes et des hippopotames, ce comportement étant certainement plus lié à une défense de territoire qu'à un quelconque régime alimentaire. Il est à remarquer que la population d'hippopotames dans la région des marais de la Likouala est très faible par rapport à celle d'autres régions.

Existence du Mokélé-mbembé

Jusqu'à ce jour, aucune expédition n'a pu observer le Mokélé-mbembé, ni trouver de preuve infaillible de son existence. Mais certaines traces de pas d'un animal inconnu ont été observées. Il existe aussi quelques photos. En 1988, une expédition japonaise survola le lac Télé par avion et filma une grande forme floue nageant à la surface. La vidéo a été dévoilée en 1992 dans un documentaire de la BBC Spirits of The Forest.

Mamééé ! Ça fout la trouille...

Quelques cryptozoologues pensent que le Mokélé-mbembé pourrait être un petit dinosaure sauropode ayant survécu à l'extinction de ces derniers il y a environ 65 millions d'années. Pour les zoologues et ethnologues, le Mokélé-mbembé est un élément de la mythologie pygmée, dont la légende est transmise oralement depuis des générations. Il pourrait aussi s'agir d'une incompréhension par les zoologues du vocabulaire pygmée, puisque certains d'entre eux auraient désignés un rhinocéros par le nom « Mokélé-mbembé ». Pour d'autres, les apparitions de Mokélé-mbembé seraient tout simplement la vision d'un groupe de crocodiles mâles suivant une femelle dans un lac pendant la saison des amours.


 

"Le Comptoir Général"  vous propose de participer à une expédition partant à la recherche du mokele-mbembe. Si l'aventure vaut son pesant de cacahuètes, elle ne doit pas être donnée non plus.

En tout cas, si :

  • enfant vous adoriez "Denver le dernier dinosaure" ;
  • Ecosse n'évoque pas pour vous le whisky mais le Loch Ness ;
  • les causes désespérées ne vous font pas peur ;
  • vous avez envie d'en baver façon Koh-Lanta dans la grande forêt équatoriale...

voilà une occasion à ne pas manquer.

Suivez ce lien