Il fallait bien que cela m'arrive un jour, je n'aurais pas pu passer autant de temps sur le camp du Triangle sans qu'un jour, des chimpanzés ne s'introduisent dans mon bungalow !!

Il faut dire que depuis la mort de Bateko et de Chinois, les squats des chimpanzés au camp étaient plutôt rares et si ces deux mâles cherchaient constamment à entrer dans les bungalows ou la cuisine, les autres chimpanzés s'en préoccupaient moins.

Pourtant, un jour où j'étais au camp avec Lucie, la vétérinaire et chef de camp, et que je faisais tranquillement le ménage dans mon bungalow, voilà Jeannette et son fils Maï qui arrivent au camp. Occupée à passer le balai, je ne les ai pas vu venir. Heureusement que je n'ai pas eu l'idée de sortir avant que Lucie ne me prévienne de la visite. J'attends donc patiemment qu'ils s'en aillent, en fin d'après-midi, et en profite pour peaufiner mon combat contre la poussière.

 

 

Le soir arrivant, et puisque cela faisait un moment que Jeannette et Maï semblaient s'être éloignés, je suis sortie prendre de l'eau à la rivière pour faire ma lessive. Alors que j'ouvre la porte de mon bungalow pour y déposer ma bassine remplie d'eau, et sans que j'entende aucun bruit, voilà Jeannette et Maï juste derrière moi !! Il était trop tard pour faire quoi que ce soit, et il ne me restait plus qu'à m'écarter et à les laisser entrer dans ma demeure toute propre. Avec un pincement au cœur en imaginant tout ce qu'ils pouvaient me voler, j'ai rejoint Lucie dans le bureau.

Rien d'autre à faire que d'attendre, en espérant qu'ils ne fassent pas trop de dégâts. Mais à ma grande surprise, Jeannette et Maï sortent rapidement, avec dans les mains ma crème solaire et mon déodorant. Un moindre mal, et je me dépêche de sortir pour refermer la porte de mon bungalow avant qu'ils n'aient l'idée d'y retourner faire un tour. Je m'en suis donc tirée à bon compte, mon bungalow n'avait pratiquement pas été sali et je n'avais rien perdu de très précieux.

Et rien que pour la vision de Jeannette avec la bouche toute tartinée de crème solaire, cela valait le coup !

 

Marianne, bénévole HELP CONGO de août 2013 à mai 2014.

 

.